vendredi 25 mars 2016

Réaction à la vente de l'île Berder

L’île Berder vendue à un promoteur immobilier : une terrible occasion manquée

Après plusieurs années de silence radio qui nous avaient fait espérer une autre issue, nous avons appris avec tristesse et colère la vente de l’île Berder au promoteur immobilier Giboire pour y construire un hôtel de luxe. Que le cœur d’un de nos joyaux du Golfe du Morbihan soit bientôt rendu inaccessible au grand public, constitue une bien mauvaise nouvelle pour tous les amoureux de la « petite mer ».

Même si la loi impose de laisser les rivages libres d’accès au public, nous ne sommes pas dupes : il s’agit bien de la privatisation d’un site emblématique du Golfe au bénéfice d’une clientèle socialement très favorisée. Nous pouvons en effet aisément imaginer que les différents aménagements qui seront réalisés pour garantir la « tranquillité » de ces touristes fortunés nuiront très directement à la qualité paysagère et à la liberté de circulation qui prévalaient jusqu’à présent pour tous ceux qui souhaitaient simplement s’y promener.

Comment la mairie de Larmor-Baden, mais aussi Vannes Agglomération et le département, ont-ils pu laisser l’affaire se conclure sans intervenir ?

En réunissant l’ensemble des acteurs, il était possible, par exemple, d’imaginer Berder comme lieu idéal d’implantation d’une base nautique de référence et d’un espace de découverte et de sensibilisation à l’environnement marin et terrestre pour toutes les générations, en lien avec le Parc Naturel Régional… Ces différentes vocations auraient constitué de réels atouts pour l’économie locale tout en permettant au plus grand nombre de profiter de cet espace remarquable, sans distinction de revenus, afin de concilier développement territorial et justice sociale.

Il y a quelques années, le prix de mise en vente par le Groupe Rocher – entre 6 et 10 millions d’euros – ne permettait pas d’envisager une acquisition publique. Or ce prix a depuis évolué : nous savons que l’affaire s’est négociée bien en-deçà de ce montant pour permettre de rentabiliser les futurs travaux. L’argument du prix ne tenait donc plus et il était possible pour les collectivités de se porter acquéreurs pour maintenir une destination publique de l’île Berder.

Par leur silence et leur inaction, le département, Vannes Agglo et la commune portent donc la lourde responsabilité de cette terrible occasion manquée au détriment de tous les habitants de notre territoire.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire